Installation solaire avenue du Parc Vanves

Auteur Cédric Rognon

Résidentiel collectif

Solaire : de l'eau chaude toute l'année à petit prix !

Le soleil brille pour tous, au nord comme au sud ! C'est ce qu'ont bien compris les copropriétaires de cette résidence située à Vanves, près de Paris. L'eau chaude sanitaire est désormais fournie par huit capteurs solaires en toiture-terrasse pour l'entière satisfaction des copropriétaires, heureux de faire un geste pour l'environnement et de réduire leur facture énergétique.


Une opportunité : la rénovation de la chaufferie

Cette résidence construite en 1957 située aux portes de Paris comprend 16 appartements. Les copropriétaires ont profité de la rénovation avec passage au gaz de la chaufferie existante, dont les deux chaudières au fioul étaient devenues obsolètes, pour étudier la faisabilité d'une production d'ECS solaire.

Cette solution, dont la modernité a été saluée par les copropriétaires, a été plébiscitée lors de l'assemblée générale de 2009. La mise en service est intervenue un an et demi plus tard.


Un fort potentiel solaire en Ile-de-France

« Trop peu de copropriétés font le choix du solaire thermique. Il existe pourtant un potentiel important en Ile-de-France, dans le cadre d’opérations de rénovation et d’optimisation énergétique », estime Alain AUZOLLE, gérant du bureau d’études CLIMENERGIE CONSEIL.

Le taux de couverture solaire est bien sûr plus faible que dans le sud de l'Hexagone. Il n'en reste pas moins élevé : 44 % pour cette résidence, soit un apport solaire annuel de 9066 kWh/an (567 kWh/m2.an).


16 m2 de capteurs en toiture

La toiture-terrasse orientée plein sud, sans masque solaire, se prêtait parfaitement à la mise en place des capteurs. Une déclaration de travaux a été adressée à la mairie. Seule requête : que les panneaux soient installés en format paysage, et non portrait comme c'est généralement le cas. L'intégration des capteurs est ainsi plus discrète.

Les 16 m2 de capteurs sont disposés, sur des châssis à 45 °, en deux champs de quatre panneaux.

Il n'existe aucune limitation de hauteur entre les capteurs, placés en toiture de cet immeuble de sept étages, et les deux ballons solaires, installés dans la chaufferie au sous-sol. Le volume de stockage s'élève à 1000 litres. Seule contrainte : un ballon de 1000 litres ne rentrait pas par la porte ; deux ballons de 500 litres ont donc été préconisés.


Deux chaudières gaz en appoint

L'eau chaude sanitaire est puisée dans les deux ballons solaires puis distribuée, via un échangeur à plaques, vers les différents appartements.  

Quand l'apport solaire est insuffisant (température dans les ballons solaires inférieure à 58 °C), l'appoint est assuré par les deux chaudières gaz à condensation qui chauffent aujourd'hui l'immeuble.

L'échangeur à plaques vient puiser l'énergie dans un ballon primaire. Celui-ci joue plusieurs rôles : « il assure une réserve d'eau chaude primaire immédiatement disponible pour les besoins sanitaires,  supprime tout risque de légionnelles, et optimise le fonctionnement des chaudières en mode condensation », explique Patrick CORFMAT, gérant de l'entreprise de génie climatique Ets CORFMAT en charge du lot solaire.

Un suivi énergétique assuré par le BE

CLIMENERGIE CONSEIL s'est engagé auprès de la copropriété sur une économie d'énergie supérieure à 25 %. « Les économies d'énergie mesurées s'élèvent aujourd'hui à 37 %. Depuis la mise en service du solaire, elles sont encore plus importantes », se félicite le gérant du BE.

La régulation des équipements solaires est assurée par le système DeltaSol M d'ATLANTIC GUILLOT. Un enregistreur de données (modèle DL2 d'ATLANTIC GUILLOT) permet de collecter les informations relatives au fonctionnement de l'installation. Ces mesures sont transmises à l'ADEME pour suivi.

Un frein à l'investissement bientôt levé

L'investissement pour le solaire s'est élevé à 56 000 euros TTC pour la copropriété, avec un retour sur investissement estimé à 15 ans en tenant compte des aides financières.

Tout compris (chaufferie + solaire), chaque copropriétaire a déboursé environ 12 000 euros, hors crédit d'impôt. Plusieurs copropriétaires ont souscrit un prêt Eco-PTZ (20 000 euros maximum pour le bouquet de travaux chaufferie + solaire). Cet éco-prêt à taux zéro ne peut aujourd'hui être souscrit qu'à titre individuel. Ce frein pourrait bientôt être levé : un dispositif adapté à la copropriété est en effet à l'étude.

ATLANTIC GUILLOT : l'assistance en plus

Les matériels ATLANTIC GUILLOT, tant pour le solaire que pour le chauffage, ont été préconisés par le bureau d'études CLIMENERGIE CONSEIL. « Je travaille en bonne intelligence avec ATLANTIC GUILLOT depuis plusieurs années. ATLANTIC GUILLOT m'a assisté dans les calculs réglementaires et a validé mes schémas techniques. Pouvoir s'appuyer ainsi sur l'expertise d'un fabricant est un plus », explique Alain AUZOLLE, gérant de CLIMENERGIE CONSEIL, qui salue également « le relationnel agréable et le SAV efficace de l’entreprise ».

Une présence affirmée en prescription

« L'une des forces d’ATLANTIC GUILLOT est son action de prescription soutenue à destination des bureaux d'études et des maîtres d'ouvrages. ATLANTIC GUILLOT propose également un large programme de formations pour les installateurs et les exploitants  », souligne Bernard LELEU, en charge de la prescription pour l'Ile-de-France chez ATLANTIC GUILLOT.

Le point de vue de l'installateur

Patrick CORFMAT, gérant de l'entreprise de génie climatique Ets CORFMAT, titulaire de l’appellation Qualisol Combi depuis cinq ans

« Cette installation de référence est le fruit d’un travail commun : notre expérience dans les installations solaires thermiques et l’expertise du service technico-commercial de l’entreprise ATLANTIC GUILLOT et du bureau d’études CLIMENERGIE CONSEIL. L'installation solaire a mobilisé pendant un mois et demi jusqu'à quatre personnes, de la mise en place des supports-châssis Sikla sur la toiture-terrasse et des capteurs, en passant par le positionnement dans l’ancien local fioul des ballons de stockage d’ECS et les raccordements hydrauliques. Nous n'avons rencontré aucun problème technique. La seule mauvaise surprise fut un problème d'étanchéité au niveau de la toiture-terrasse qui fut réglé rapidement par le remplacement des pieds de fixation. Nous avons ensuite réalisé la mise en service avec l'assistance de deux professionnels ATLANTIC GUILLOT ».

Le matériel ATLANTIC GUILLOT installé

SOLAIRE :

- 16 m² de capteurs Solerio F3-Q

- Station solaire Solerio Transfert ST1 Top

- Régulation Deltasol M

- Enregistreur Datalogger DL2

- Stockage solaire par 2 BS1 Securex de 500 L avec jaquette de 100 mm

CHAUFFERIE :

- 1 Varino V120 avec régulateur RDO 383 (maître)

- 1 Varino V120 avec régulateur RZM 530 (esclave

- Désemboueur Mag'net


ECS :

- Groupe de maintien de pression Mag'Sam 70

- Production d'ECS par association d'un stockage primaire (primo 500) et d'un échangeur à plaques instantané (Rubis 122)




page principale des Etablissements Corfmat