Document GrDF IDF en octobre 2012

Entretien avec M. CORFMAT, Directeur de « CORFMAT solutions énergétiques », dans le cadre d’une installation solaire thermique, pour une copropriété de 16 logements à VANVES (92).

M.CORFMAT, les retours d’expérience sur le solaire thermique de la part des Maîtres d’ouvrage sont parfois mitigés. D’où vient le problème selon vous ? Et comment arrivez-vous à gagner des projets ?

Pourvu que le site ait les bonnes caractéristiques (terrasse, exposition, masques etc.), le solaire thermique est une bonne solution en complément
d’une chaudière gaz. Cependant, le manque de suivi entre la conception, la réalisation et l’exploitation peut rapidement mettre en péril les projets.
Le dimensionnement des capteurs par C’est pour confirmer les bonnes performances annoncées de la pompe à chaleur à absorption que GrDF et l’ADEME ont décidé d’instrumenter 5 sites équipés de cette technologie et de suivre leurs performances sur une année d’exercice.

Bien que délicat, le choix des sites a permis d’observer à la loupe la PAC gaz à absorption sur différentes applications, aussi bien en
neuf que dans l’existant, et de valider ses performances.

Certaines instrumentations commencent à peine mais les premiers résultats, dont ceux de la résidence étudiante à Toulouse, sont très
PAC à absorption, quand les performances sont au rendez-vous rapport au stockage est déterminant.

On retient souvent que la surface de capteur maximale se détermine de manière à ne pas dépasser plus de 90% des besoins ECS (≈30 L/pers/jr à 50°C), le mois le plus ensoleillé, sous peine d’endommager l’installation.

Or, dans la pratique, il peut y avoir suffisamment de place en terrasse pour les capteurs et pas assez en chaufferie pour accueillir le volume de
stockage associé (en général 50 L/m² < V/S < 100 L/m²). Malheureusement, le dimensionnement initial ne prend pas toujours en compte cette limite.

Et puis, il peut y avoir des imprévus. A Vanves, une visite préalable de chantier nous a permis de : Revoir la longueur des accroches en terrasse, passées de 10 cm à 30 cm  pour compenser l’épaisseur inhabituelle d’isolation entre la dalle et les graviers.

Remarquer que le ballon de 1000 L prévu ne passait pas dans la porte.

Nous l’avons remplacé par 2 ballons de 500 L en série (pour ne pas perturber la stratification et l’équilibrage ).

Selon moi, c’est la qualité du suivi qui fait la différence !


La suite de ce document sur le document d origine via téléchargement d'un fichier pdf : GrDF-IDF-octobre-2012.pdf